Περιφερειακή Ενότητα Δράμας

GreekEnglish (United Kingdom)BulgarianGermanFrenchRussianTurkish

En traversant les chemins de l'histoire et de la nature

Imprimer

 

Découvrez la région de Granitis


Tout le département de Drama est un défi pour exploitation. La montagne de Falakro domine au département. bouno10falakroDirigeons-nous vers l’ouest de Drama et traversons le bourg de Prosotsani, nous trouvons « l’entrée » qui mène au bassin de Kato Nevrokopi. Suivant le lit du torrent, nous nous dirigeons vers le bourg le plus froid de Grèce, le bourg de Kato Nevrokopi et vers les frontières nord avec Bulgarie.

Notre destination, le village de Granitis qui se compose par la vielle agglomération construite sur le lit de la rivière de Granitis, et la nouvelle qui a monopatigranitis 8été développé sur la route de Drama. Aujourd’hui la rivière ressemble à un torrent, puisque ses eaux se rassemblent pour l’exploitation de la douane d’Exochi.

Notre itinéraire commence par la place centrale du village laquelle se trouve sur la route. Nous suivons la route sur notre gauche, qui mène à la vielle agglomération.

Notre route est vers le gauche parallèle du torrent, lequel jouait un rôle important au développement du granitisdramas7village, comme l’eau était utilisée pour l’irrigation et le fonctionnement des moulins à eau. Il y avait trois moulins au long de la rivière. Les ruines d’un tel moulin, de Karatzas, se trouvent sur notre gauche, niché dans la végétation. Sur notre droite il y a une pancarte d’information pour le sentier environnemental qui a crée et organisé l’administration des forêts de Kato Nevrokopi.

Notre itinéraire se déplace sur une route de terre lisse et dans une riche végétation, la quelle commence à se diminuée et l'horizon s’apparaisse. L'eau est potable et utile pour le reste de l’itinéraire. Tandis que la route de terre continue tout droit, nous tournons vers le droit où nous trouvons une autre route de terre avec beaucoup de pierres au versant gauche. D’ici commence la plus diffmonopatigranitis 7icile partie de l’itinéraire, car il y a beaucoup de pierres, et nous devons faires des manœuvres constantes pour les éviter. Supplémentaire, c’est une montée avec une pente moyenne d'environ 7%, et dans quelques petites parties encore plus. Au début la végétation est buissonneuse et  sont distingués des roches basses, les quelles définissait les limites des champs.

À l’est nous voyons la montagne de Falakro, une créature naturelle de millions d'années. Comme nous gravissons, la végétation devienne plus dense et plus haute. Le sol devient plus doux et sans beaucoup de pierres. À certains endroits à travers le feuillage dense se distinguent des points de l’agglomération et nous pouvons écouter des bruits de l’auroute principale. Pendant l’itinéraire, nous voyons des différents chemins de terre obscurs dans des directions différentes. La plupart de ces chemins conduisent à d'anciennes mines. En effet, certains sont de l'antiquité.

Alors que nous approchons à la fin de la montée, la végétation s'éclairci de nouveau, et nous arrivons dans un plateau avec une vue panoramique. De là, nous voyons les villages de Perithori, Kato Vrontou et en face, à la région du département de Serres, Ano Vrontou.

monopatigranitis 3Nous entrons dans une forêt de grands hêtres. Le sentier continue tout dmonopatigranitis 2roit lorsque nous passons la première gorge. Nous suivons l’itinéraire qui va à droite traversant le versant et entre dans la gorge que nous venons de passer. Descendants nous arrivons dans un point où l’hêtre se trouve seule et dans une petite distance autour d’elle se crûs des autre. C’est un arrêt pour nous, car l’itinéraire devient plus difficile et exigeant. La pente augmente et ça sera une occasion pour les marcheurs de découvrir leur équilibre et pour les cyclistes de vérifier leurs freins et leurs aptitudes en descente. Cette partie de l'itinéraire est appelé par les habitants « Glistra » (glissoire), parce que quand ils bûcheronnaient la forêt, de ce point jetaient les arbres coupés pour qu’ils arrivent en bas et en suite avec des mules les sortir sur la route. Glissant sur le « sol » de la forêt nous arrivons soudainement dans un chemin soigné. Nous tournons à droite et nous trouvons une pancarte d’information pour entrer au sentier environnemental.

 

Sentier environnemental


Le chemin environnemental a été conçu et mis en œuvre par l’administration des forêts de Kato Nevrokopi. Il monopatigranitis 10vise à mettre en évidence une région particulière de l'environnement naturel de Granitis qu’avec la biodiversité qui contient à devenir un pôle d'attraction pour la connaissance de la faune et de la flore de l'endroit. Dans la plupart de sa longueur est pavée de gravier, donc pas de problème de boue. Des escaliers en bois rendent la descente plus douce et des pancartes nous aident à connaitre les vivants qui habitent dans la forêt. Les arbres de lesgranitisdramas quelles nous sommes informés par des pancartes, sont le chêne, le hêtre, l'érable, le peuplier, le sapin, le cornouiller, le aulne sauvage, le noisetier sauvage, le pommier sauvage, le châtaignier. Sur le sentier nous méritons de s'écarter pour voir les châtaigniers vivaces dans la forêt. Admirable est leur taille et leurs tronc qui rendent compte de leur vie. Les arbres fruitiers sauvages sont des vestiges de cultures anciennes, lesquelles au fil des ans ont été abandonnés, mais les arbres ont continué à produire et se reproduire. Des plantes de raccordement entre les troncs des arbres et le sol sont les lierres et les clématites. Des autres plantes et arbres qu’il y en a sont: les rosiers des chiens, le sureau, le genévrier, l’aubépine, le fraisier des bois, le grand plantain, le capillaire, les gougères, la campanule, le crocus, etc. Surtout au printemps, les contrastes de couleurs sont uniques. La forêt peut nous nourrir. Donc, si nous nous trouvons dans la saison de fructification dans la forêt, mérite de goûter les fruits qui sont offerts généreusement. Une attention particulière aux champignons et fruits du lierre.

monopatigranitis 5Peu importe le soin que nous marchons au chemin, nous n’allons pas trouver des oiseaux, nous allons seulement les entendre à gazouiller. Nous allons entendre la huppe fasciée, le pic, la grive musicienne, la tourterelle des bois, les méropidés, le grand corbeau, le coucou gris, le faucon crécerellette, etc. Le loup fait son apparition durant les mois d'hiver, en particulier pendant les périodes enneigées. Le sanglier laisse ses traces et découvre une variété de nourriture dans la forêt. Les blaireaux, les belettes, et les furets, sont des espèces très communes dans la région. Les jours de pluie nous trouvons  de salamandres. La forêt obtient une autre magie pendant les mois de printemps et d'été avec les papillons.

Et tandis que nos sens sont en éveil, nous descendons de plus en plus vers le village. Soudain, devant nous, monopatigranitis11nous trouvons une chapelle. C’est la chapelle de la Dormition de la Vierge.   La porte et toujours ouverte pour le visiteur. Elle est soignée, avec une cour propre. Il y a un petit kiosque en bois pour un repos et un déjeuner court. La vue de Granitis et devant nous.

Le sentier environnemental continu derrière de la chapelle pour arriver au chemin de terre là où nous avons commencés notrgranitisdrama10e itinéraire et sa sortie se trouve opposé du moulin à eau de Karatza. Nous, nous n’allons pas continuer notre chemin, mais nous allons descendre la route en béton à gauche de la chapelle. En suite, au chemin de terre que nous allons trouver, nous allons tourner à droite pour trouver l’église de l’ancienne agglomération. L’ancienne agglomération de Granitis se trouve sur notre gauche et devant nous.

L’église est dévouée aux Archanges Gabriel et Michael. Elle est l'une des nombreuses églises construites dans la région durant les dernières années du 19e siècle. Les résidents préparent l'Église lors de la célébration des Archanges, le 8 Novembre. En sortant de la cour de l'église, nous voyons juste en face une ruelle étroite, que nous suivons. Il passe entre le mur d’enclos d'une cour et la barrière d’un ekklisiataksiarxon 2jardin. Nous approchons le torrent et la végétation pousse. Nous trouvons un pont qui nous passe sur le bord opposé. Le pont ne présente pas d'architecture particulière. Nous tournons à gauche et nous sortons sur la route que nous avions descendus de la place centrale au début de notre itinéraire. Nous ne le suivons pas mais nous continuons tout droit en entrant dans un chemin de terre. Nous notons que dans le réseau des chemins de terre qui existent à l’agglomération il y a des effrités pierres noir, blanches et vertes. Ceux-ci sont les rues qui étaient pavées de pierre de granit de l'ancienne carrière.

 

Granitis-Ochyro

 

Alors que nous continuons, nous trouvons sur notre droite une vielle source d’eau. Sur le bord gauche nous monopatigranitis 1voyons des vielles maisons rénovées. Nous suivons le vieux chemin de terre qui se trouve entre le torrent et la route en béton. La végétation basse de mauvaises herbe et fleurs qu'il y a à droite et à gauche de l’itinéraire, nous rapproche de la nature à nouveau. Une observation plus attentive nous aidera à identifier une multitude d'herbes, comme la mauve, le trèfle, la mente, le fenouil, fraisier des bois, etc., ressemble à un jardin botanique. Ce « jardin » visitent du printemps jusqu’à l’automne des milliers de papillons. Une enquête a révélé qu'il existe des espèces endémiques de papillons, rendant Granitis à acquérir un intérêt environnemental particulier.

Nous arrivons aux camps de l’évêché de Drama. À droite c’est la nouvelle route. Nous tournons à gauche etoikismosgraniti20 une pancarte nous informe que l’itinéraire mène au sommet d’Agios Pavlos. Le chemin que nous suivons maintenant est pavé. Des ruisseaux d’eaux courantes et la végétation luxuriante font ce lieu un rêve. Des petits plateaux en herbe et cyclamens ou crocus ou fraisiers des bois selon l’époque ressemblant comme si une main humaine les a plantés et les a soignés. Les indigènes appellent la région « Kryoneri » (eaux froide) grâce aux sources qu’il y a. Cette route après un moment s’embranche. A gauche continue un chemin de terre et commence un sentier vers le sommet d’Agios Pavlos, tandis que à droite un chemin pavé mène à un bâtiment en pierre. Les amateurs de sommets suivant l’itinéraire gauche, découvrent les marques fanées du sentier, les quelles en traversant une forêt dense d’hêtres mènent dans des clairières. Ces clairières sont des grandes prairies pleines de fleurs sauvages, où en les traversant replacent les amateurs dans des forêts d’hêtres qui débouchent dans un défilé qui les dirige vers la crête. L’ascension de la crête c’est elle qui les dirigent vers le sommet. La chapelle d’Agios Pavlos, l’altitude de 1770m et la vue unique vers toutes les directions (à l’est la montagne de Falakro, au nord le bassin de Kato Nevrokopi et la montagne Orvilos, au sud la montagne de Menikio, et au sud-est la plaine de Drama et la montagne de Paggaio) sont la récompense du randonneur – alpiniste.

La bifurcation droite mène dans un bâtiment abandonné, le sanatorium comme c’est appelé par les indigènes. La végétation est encore celle qui attire notre attention. Des hêtres et des sapins couvre le lieu. L’humidité a aidé à avoir des plantes partout. Les lierres grimpent dans les arbres et les murs en créant des voiles dans les tons de vert.

oikismosgraniti 7La végétation haute disparaît et on trouve des buissons. Dans certains bords du sentier se distingue une maçonnerie en pierre. Comme nous descendons continuellement, de plus en plus nous approchons au bassin. En face de nous, nous voyons la partie occidentale du bassin et la montagne Orvilos. Nous rencontrons les premiers travaux de défense, un mur anti-char sur un côté et un fossé à l'autre.

Sur notre gauche se trouve le village Ochyro, avec sa colline sur laquelle se distingue le fortifier de Lisse.

Notre itinéraire continue à se déplacé à la base de la colline comme peut à peut nous l’encercle. Le chemin en terre que nous avons suivi jusqu’à maintenant, trouve la vielle route en béton qui est maintenant abandonnoikismosgraniti 15ée. Des nouveaux projets antichars et une post de garde mettent en évidence que nous sommes près de les frontières. La végétation commence à s'épaissir de nouveau comme nous entrons à l’ouverture du passage du bassin de Kato Nevrokopi vers Drama. L’itinéraire est en pente douce, mais sans difficultés. La route est quelques fois en terre et quelques fois en béton. En marchant un peu plus loin nous trouvons une petite chapelle. Ici il y a une tradition locale pour l’existence d’un « sentier byzantine ». Ii y a quelque point perdu dans la végétation et les torrents, mais aussi dans la route forestière, aux quelles un expérimenté peut distinguer les restes d’un sentier en pierre. Continuant, sur notre droite, il y a une chapelle d’Agios Georgios et l’entrée des camps de l’évêché. Nous arrivons maintenant à la route. Nous pouvons rentrer en sécurité au village en suivant l’itinéraire à travers le « jardin botanique ». Mais si nous nous déplaçons avec précaution en suivant la route en béton nous arrivons aussi à la place du village.