Περιφερειακή Ενότητα Δράμας

GreekEnglish (United Kingdom)BulgarianGermanFrenchRussianTurkish

L'histoire de Drama

Imprimer

 

La richesse naturelle en eau courante n’a laissé personne indifférent lors de son passage sur cette région. L'homme de l'époque préhistorique et l'homme des temps historiques ont organisé leur vie près de l'eau, reliant la région aquatique avec la longue présence de l’homme dans la ville moderne. La plus ancienne permanente colonie humaine à la position de la ville moderne de Drama a été détectée après des fouilles systématiques à l’agglomération préhistorique de « Arkadiko », qui se trouve au sud du parc d’Agia Barbara. Cette agglomération néolithique est le premier noyau résidentiel de la ville à partir du milieu du 6e millénaire avant J.-C. La vie à l’agglomération continue à la précoce de l’âge du Bronze et sporadiquement aux temps historiques. Mais le noyau de l’agglomération ancienne dès les temps fin-classiques, selon les preuves archéologiques, était situé à l'intérieur de l'enceinte des murs byzantins de Drama, mais cela ne signifie pas que l'étendue de l'ancienne agglomération était identique à celle de la forteresse byzantine.

L'étendue de l'ancienne agglomération, nommée probablement « Draviskos », pourrait être définie à l'est par la région des tribunaux, à l’ouest par le bidonville de Nea Kromni, au nord par la région « Ampelia », et au sud par les sources d’Agia Barbara. Des renseignements précieux pour la topographie de la région proviennent par les fouilles archéologiques qui sont attiré et ont été détecté aux tombes, maisons, et bâtiments de la ville de Drama. L’habitation continue dans cette région aux temps byzantins et post-byzantins et le passage de plusieurs conquérants ont détruit des preuves précieuses de la vie passée de la région. La ville moderne, pendants les temps romains, était une station importante d’une route à la colonie étendue de Philippi nommé « Daraveskos ».

De nombreux dieux de panthéon gréco-romain et de dieux locaux vénérée dans la région, se distingue Dionysos. Le culte du dieu de la vigne a continué jusqu'à la fin de l'époque romaine et a été identifié avec le culte du dieu romain « Liber Pater ». Dans des épigraphes votives qui ont été détecté dans la région vaste de Drama, c’est indiqué l'existence d'un temple de Dionysos depuis l'époque hellénistique, sans encore trouver sa position. Dans l’époque paléochrétienne (4e – 7e après J.-C.), Drama est une petite agglomération fortifiée, occupant la même surface que celle de la période classique tardive. Drama, qui est la plus importante agglomération de tous, s’appartient au territoire de la colonie romaine de Philippi. Cette colonie se fonde après la bataille de Philippi d’importance mondiale pour l’évolution de l'Empire romain, le 42 après J.-C., et s'étend tout au long de l'actuelle préfecture de Kavala, ainsi que de grandes parties des préfectures de Serres et de Drama. La colonie a été connue universellement avec le passage de l'apôtre Paul et son escorte, le 49 après J.-C., et la fondation de la première église chrétienne. La communauté chrétienne de Philippi évolue progressivement dans un brillant évêché de la religion neuf avec de nombreux diocèses. Dans cet évêché s’appartienne la ville fortifiée de Drama. Dans l’époque postbyzantine (9e – 13e siècle après J.-C.), Drama se développe dans un château fort d'une importance stratégique avec intérêt commercial vif, alors encore soumis à Philippi, du point de vue administratif et ecclésiastique. C’est une région fortifiée dans 40 hectares, habitée par 1500-2000 habitants, où il est situé le commandant militaire pour contrôler la région environnante. De cette époque on trouve des sources écrites avec les noms « Darme » (1172) et « Dramme » (1206), liés avec le nom ancien et moderne.

L’année 1204, passe aux mains des Latins. Le 1223-1224 la ville a été conquis par Théodore I Ange Doukas Comnène, empereur de Thessalonique. Le 1230 la ville a été conquise par le tsar bulgare Ivan Assen II. Les années 1242-1243 et le 1246 la ville a été retournée aux Byzantins, quand Jean III Doukas Vatatzés repris la Macédoine orientale.

Dans la première moitié du 14ème siècle, il y a des troubles et des conflits des byzantines guerres civiles, entres les deux Andronic II et III des Paléologues (1321-1328) et après entre Jean Cantacuzène et les membres de la dynastie des Paléologues (1341-1347). Dans ces années Drama était un lieu d’hébergement et loisirs de l’impératrice Irina de Montferrat épouse d’Andronic II. Drama s’apparaît pour la première fois comme archevêque, dépendant par l’évêché de Philippi, pendant la royauté de Michel VIII Paléologue (1258-1282). À cette époque, la ville s’est développée dans un important centre ecclésiastique et militaire. Pendant les années 1344-1345 la ville a été conquise par le souverain de Serbie Stephan Doussan. La ville se récupère le 1371 par Manuel Paléologue et reste sur l’empire byzantin jusque la conquête ottomane le 1383. La ville reste un petit château sur le territoire du Sultan, coupée de Constantinople et Thessalonique. Progressivement, l’élément chrétien, qui constituait le 80% de la population de la ville, même au milieu du 15e siècle, se rétrécit à cause de leur fuite à la montagne et l’élément musulman occupe une grande surface dans le château, autre fois chrétien. La lourde taxation, la mauvaise administration marchandises, et des cas fréquents de vol, ont provoqués un sentiment d'insécurité aux résidents et ont retardés le développement de l'économie rurale, jusqu'au début du 18e siècle. Néanmoins, les limites de la ville s'étendent à l'extérieur des anciens remparts byzantins, au « Varossi », pour créer des nouveaux quartiers musulmans, tel que décrit le voyageur musulman Çelebi. Entre la région chrétienne et musulmane, déjà au milieu du 17e siècle, le marché autour du torrent se forme, le quel croisait le centre de la ville. Au 18e siècle, le renforcement de la production agricole s’accompagne par l’opération des petits artisanats donnant une nouvelle vie au trafic commercial. Conformément aux données des autres régions de Macédoine, on peut supposer comment la population augmente et à la ville de Drama, principalement parmi les musulmans. Cependant, la mauvaise administration et la taxation par les puissants propriétaires terriens, ne permettent pas le développement économique de la ville. Bien que la ville soit la capitale d’une grande préfecture dans lesquelles les autorités administratives, le militaire, et les tribunaux ont leur siège, elle ne peut pas rivaliser le port de Kavala, comme un centre de transit de la vaste région.

La ville change, après 1870, quand la production du tabac provoque l’augmentation de la population et le renfoncement du commerce. Le fonctionnement du chemin de fer dès 1895 et l'amélioration du réseau routier vers le port de Kavala lient la ville de Drama avec les grands centres de l'empire et les routes commerciales maritimes. Des grandes compagnies du commerce de tabac établissent des succursales à Drama, des entrepôts de tabac se construisent, fonctionnement des bureaux de banque, et Angleterre ouvre un consultât dans la ville. Très rapidement ce créent de nouveaux quartiers autour des eaux d’Agia Barbara et à l’ouest des murailles de la région, pour répondre aux besoins des 6000-7000 résidents. Les nouveaux résidants, musulmans, chrétiens, et juifs établissent des séparés noyaux résidentiels conformément aux normes de l'empire ottoman. Les chrétiens, qui se renforcent continuellement par des familles de la Macédoine occidentale et de Hépiros, nombre d'au moins 200 familles en 1880 et se trouve dans les enceintes et au sud de cette région à Agia Barbara. Les musulmans se recueillent à l’ouest du marché et le Juifs à la région des eaux de Saint Barbara. Dans les nouveaux bâtiments publics de la ville et dans les résidences privées se reflètent la santé économique et les effets des normes européennes. La communauté grecque se distingue, de 1870 jusqu'à la libération, pour le développement économique, la constitution des associations éducatives, la reconstruction d'écoles, et ses associations caritatives. Au début du 20e siècle, lorsque la population compte déjà 14.000 personnes et la continuation du progrès économiques, se produisissent sporadiquement dans la ville des incidents violents d'une guerre non déclarée, de la lutte macédonienne. Son excellence l’évêque se Drama, Chrysostomos, les démogérontes et le peuple organisent la défense de la communauté grecque.

Après l'ère turbulente de la lutte macédonienne et la première occupation bulgare, la ville est libérée par l’armée grecque le 1e Juillet 1913, après 540 ans d'occupation étrangère. Après l’intervalle de l’expérience douloureuse de la seconde occupation bulgare, les trois groupes religieux de la ville forment progressivement des multireligieux quartiers, et particulièrement dans le centre commercial moderne. Enfin, Drama acquiert un caractère grec selon l’échange de population dans le cadre du Traité de Lausanne de 1923. Les réfugies du Pont, de la côte ouest de l'Asie Mineure, et de la Thrace, vont radicalement changer l'image de la ville, créant de nombreux quartiers réfugiées autour du noyau ancien et stimulant la circulation du marché. Drama est habitée par 32.000 habitants en 1928, en ayant réussi à doubler leur nombre en seulement une décennie avec le significative quartier arménien et juif. Le centre commercial se déplace définitivement ver l’ouest au nord de l’ancien, tandis que symbole de l’histoire moderne sont les entrepôts du tabac à la région de Agia Barbara, rappelant les périodes de prospérité des résidants au commerce du tabac de l’entre-deux-guerres. La ville verra pour encore une fois, en 1941, l'expérience de l'occupation étrangère, qui est marqué par l’exode de nombreux habitants à Thessalonique et l'abattage de masse de centaines de civils en 29 Septembre 1941, après une révolte dans la région. La même période, en Mars 1943, tous les juifs de Drama, sont collectées depuis le début de l’occupation dans un entrepôt de tabac de la ville et sont amenées dans le camp de concentration nazis de Treblinka en Pologne pour l'extermination de masse. Après la guerre, Drama est le centre administratif, économique et politique du département. La concentration des activités faveur le développement, comme la population augmente par les jeunes de la région, les Grecs de la diaspora et les migrants économiques.