Περιφερειακή Ενότητα Δράμας

GreekEnglish (United Kingdom)BulgarianGermanFrenchRussianTurkish

Les années Byzantines

Imprimer

 

Concernant la région vaste du département de Drama, la vue qui émerge par les pauvres sources historiques est fragmentaire. Ça ne semble pas d’être développé autour de la ville et du département des importants centres urbains. Le caractère de l’économie a été resté fondamentalement rural. Le terrain a été divisé en grandes propriétés ou en dépendances des monastères. Les grands domaines sont cultivés par leurs résidents, mais ils existent aussi les cultivateurs indépendants. Les résidents de la région ont soutenu leur bien-être sur la culture et le rendement de la terre, tandis que les recettes provenant de l'imposition de la terre était la principale source de revenu des suzerains ou l'Etat lui-même. Pour la période paléochrétienne les informations tirées de découvertes archéologiques sont peu, mais précieuse. Il y a des témoignages que des positions paléochrétiennes se trouvent dans la vallée fertile de Falakro, Menikio et les montagnes du Bassin. La plupart des positions qui ont été découvertes se trouvent dans les basses terres: Kefalari, Prosotsani, Sitagroi, Argyroupoli et seulement deux à Adriani et Platania qui sont des régions montagneuses.

À la plaine de Prosotsani, dans une distance de 2km au sud du bourg moderne, a été révélée une église paléochrétienne. Dans la vallée de Platania, parmi la montagne de Falakro et les montagnes du bassin, 2km loin du village moderne, se trouve le « Kales », un petit château. À l’intérieur du château ont été trouvés des objets (céramique, monnaie) des années paléochrétiennes. À la citadelle fortifiée d’Adriani, sous la chapelle moderne d’Ai-Jiannis, c’est sauvé l’arche et c’est marqué le plan de l’église paléochrétienne. De l'époque byzantine seulement un monument a été sauvé, dans une distance de 2,5km à l’ouest de Prosotsani. Il s’agit de l’église d’Agios-Panteleimonas, un bâtiment de l’époque des Paléologues, et en combinant différents éléments, l'église date du 13e siècle. Selon un aspect, il y avait le vaisseau de l’église et est identifiés à la relative dépendance byzantine d’Agios-Panteleimonas, près de la rivière Panax (Aggitis). Des remarquables monastères avec une fortune considérable, que leur existence ça se voie dans diverses région du département de Drama, n’ont pas été identifiés par des preuves archéologiques ou fouilles. Pour certaines, il y a quelques propositions tandis que d’autres leur position est en recherche. Les sources byzantines par exemple référent le monastère de la Vierge, que certaines personnes croient qu'il est identique avec les ruines qui ont été retrouvées sur la colline de Korylovos. Mais le plus important monastère est celui de la Vierge à la montagne de Paggaio, sous la juridiction de l'évêque de Drama. Fondée au début de la période byzantine, a obtenu son apogée au 15-16e siècle, tandis que dans la période ottomane les moines ont développé une grande action nationale. Au nord du village moderne, nommée Paléochori (département de Kavala) ont été découvert les ruines d'un monastère. Le monastère d’Agios-Georgios date au 13e siècle et la durée de vie atteint au 18e siècle. Les plus importantes trouvailles de la fouille ont été exposées au Musée de Drama.

Dans les environs immédiats de la ville de Drama et dans tout le département il y a 33 églises postbyzantines. La plupart se trouve aux villages de la montagne de Menikio, au bassin d’Aggitis et au nord de la montagne de Falakro. Selon les inscriptions des bâtiments, ils ont été construits à partir de 1815 jusqu'en 1890. Selon le type, les églises sont divisées en trois catégories différentes. La morphologie et construction des églises postbyzantines du département de Drama sont simples, en raison des rares ressources financières. L’abside de l’autel est semi-circulaire ou à multiples facettes et dans certains cas est orné avec des simples voutes. Le toit est à double, avec des ablations sur les côtés étroits, caractéristique des églises de cette époque. Sur le mur est, il y a des lucarnes rondes ou en forme quadrilobe. Il manque complètement la décoration de poterie. Les facettes sont décorées avec des cadres en pierre sculptée. À l’intérieure les plafonds sont en bois avec une décoration colorée, les temples en bois sculpté, souvent d’un excellent art, et tous les restes meubles sont en bois sculpté très intéressants. Les clochers, sauf dans quelques cas, ont été construit le dernier quart du 19e siècle. Indépendants ou intégrés au contour volumétrique de l'église, sont des œuvres d'art. Ils ont été construits avec une taillée pierre locale et leur forme est crénelée. Ils donnent une impression de grandeur et prestance. Presque toujours sont placé à coté de l’entrée. Leur présence est certainement une preuve de réformes qui ont commencé à se produire dans les dernières années de la domination ottomane et les changements d'ordre en général dans la structure de la vie sociale et économique. C’est caractéristique que toutes les églises soient datées. Dans quelques églises nous avons quelques informations utiles pour les constructeurs et les fondateurs. Il s'agit d'une activité intense de construction dans les années 1835 -1853, un événement qui principalement doit être dû au changement progressif de la Sédition de la Porte, à l'état de la population chrétienne de Macédoine la quatrième décennie du 19e siècle. Fréquents sont les cas où une école est construite à côté de l’église, datés à la septième décennie du 19e siècle. Cette activité peut être liée à son excellence l'évêque de Drama Agathangelos (1861-1872), éminent prélat de l’époque.